William Hennessey nous offre un premier album solo francophone

William Hennessey arrive avec De pire en pire son premier album solo francophone en carrière. L’auteur-compositeur-interprète de la région de Québec délaisse donc son parcours anglophone le temps de réaliser, écrire et composer un opus de quatorze chansons avec la collaboration de son fidèle acolyte Pierre-Olivier Couturier qui assure la coréalisation. William Hennessey nous offre avec cette première galette un album qui flirte avec la folk urbaine, la pop et avec quelques touches hip hop. Ce premier long jeu nous transporte dans l’univers parfois sombre, parfois mélancolique d’un artiste complexe qui étale ses états d’âme avec finesse, mais surtout avec énormément de transparence et d’honnêteté. Le parcours de William est parsemé de moments difficiles et douloureux, véritables segments de vie qui lui servent aujourd’hui de canevas créatif et de source d’inspiration tout au long d’un parcours artistique qui lui permet de dévoiler ses démons au grand jour. William nous invite donc, en compagnie de quelques collaborateurs de marque dont Rick PaganoLary KiddRuffsound et Clara Tetu, à l’accompagner dans ce voyage d’une cinquantaine de minutes où il se confie au fil de riches instrumentations, orchestrations et mélodies.

Ce premier album francophone se veut une deuxième étape dans la carrière de William, alors qu’il s’est d’abord fait connaître dans le monde anglo-saxon sous le pseudonyme de Maldito, son alter-égo musical, qui au fil du temps a fait des milliers d’adeptes aux quatre coins du monde, cumulant des millions de streams et visionnements de ses vidéoclips. De pire en pire se pose en véritable extra-terrestre dans le monde de la folk urbain au Québec alors que William puise ses influences dans un vaste amalgame musicale qui lui permet de créer des chansons hybrides et sans se limiter à un style particulier. Ce métissage musical s’imbrique également dans l’approche multilingue de William qui se sert habilement du franglais pour exprimer ses idées et nous plonger dans son microcosme où la pop n’a rien de conventionnel, où le hip hop est utilisé pour agrémenter des douces mélodies piano-voix et où des touches de punk, électro et rock s’entrecroisent pour étoffer un album qui relève tout le talent de William Hennessey.

De pire en pire nous a offert quatre singles et vidéoclips, Glaciers, Ovnis, Zodiac et Fous. Ces efforts à l’unité ont tous faites des incursions intéressantes en radio commerciale, cumulant plusieurs centaines de milliers d’écoutes sur les plateformes numériques. Ces morceaux ont également été accompagnés de vidéoclips qui nous ont permis de découvrir le monde visuel de William Hennessey, qui signe la co-réalisation de tous ses clips.



William Hennessey – De pire en pire